La majorité des secteurs de l’industrie technologique sont confrontés à un manque de notoriété sur le marché de l’emploi belge. Cela constitue un handicap pour attirer, en tant qu’employeur de ces secteurs, un large public. Une meilleure notoriété passe par davantage d’information sur ce qui se passe dans les secteurs, quels sont les postes vacants et les défis.

C’est une des conclusions de la troisième édition du Baromètre de l’attractivité d’Agoria, réalisé par le centre d’expertise Talent & Marché du travail (enquête en ligne réalisée en septembre 2016 auprès d’un échantillon représentatif de la population active de 1.001 personnes). Extraits choisis.

Notoriété et image des secteurs

  • Il existe une grande différence dans le degré de connaissance des différents secteurs et de leurs métiers associés. Le secteur ICT, et ses métiers, est toujours le plus connu. La notoriété s’élève à 43%, soit près de la moitié de la population. Les secteurs Energy systems & solutions et Environment systems & solutions sont connus par environ 1/3 des répondants. Mais une majorité des secteurs et métiers associés est peu connue par la population.

  • 4 secteurs apparaissent particulièrement attractifs avec plus de 60% des répondants qui se déclarent très ou assez intéressés: Energy systems, Environment systems, ICT, Aeronautics

  • On remarque une progression positive de l’attractivité de la plupart des secteurs en 2016 par rapport à l’année précédente auprès de la population connaissant les secteurs (sauf pour le secteur aéronautique).

  • Par contre, auprès de l’ensemble de la population, la plupart des secteurs et métiers associés ne sont pas attractifs auprès de la majorité de la population (ex. près de 7 secteurs sur 10 sont attractifs uniquement auprès d’une petite partie de la population (moins de 15%). La cause la plus importante est le degré de connaissance trop faibledes secteurs auprès du grand public.

Critères de choix d’un employeur

  • Les critères les plus importants auprès de minimum 60% des gens sont la sécurité, l’ambiance de travail, l’équilibre travail/vie privée, le package salarial, la proximité avec le domicile.

  • La taille de l’entreprise est un critère de plus en plus important dans le choix d’un nouvel employeur : ils sont 40% à le considérer comme important alors qu’ils n’étaient que 35% à partager cette opinion en 2014. Avec 35% de vote favorable, les PME perdent leur leadership en termes de taille préférée au profit des entreprises de taille moyenne de 50 à 249 personnes qui recueillent 37% de voix de préférence. Les grandes entreprises de plus de 250 personnes connaissent une certaine désaffection (28% contre 33%).

Recherche d’emploi

  • Le web constitue la première source pour rechercher de l’information sur une entreprise, que ce soit via son site internet (75%), via un moteur de recherche (61%) ou la consultation d’offres d’emploi online (47%).

  • Le bouche-à-oreille, soit l’activation de ses réseaux d’amis, collègues et connaissances, réels ou virtuels, pour connaître leur avis ou bénéficier de leurs expériences, représente également une source d’informations importante pour s’informer sur un potentiel futur employeur.

  • L’envoi d’une candidature spontanée constitue une alternative envisagée par 42% des répondants alors qu’ils sont 33% à se déclarer prêts à visiter le stand de l’entreprise lors d’un salon de l’emploi.

  • Pour bien connaître un probable futur employeur et se familiariser avec son environnement de travail, plus d’un candidat sur 2 souhaite avant tout que les entreprises ouvrent leurs portes pour découvrir l’entreprise telle qu’elle est réellement.

    Découvrez les résultats complets de l'enquête ici.

Comment Agoria vous aide-t-elle à vous rendre plus attrayant comme employeur ?

  • En vous aidant à développer de manière structurée et méthodique, au moyen d’une boîte à outils, votre « employer branding ».

  • En vous aidant à organiser des journées portes ouvertes par le biais des « Agoria company tours » et à vous connecter avec les jeunes candidats dans votre propre entreprise.

  • En mettant à disposition une plateforme en ligne (Kazi) qui permet de trouver facilement les bons candidats ou étudiants.

  • En organisant diverses activités améliorant l’image de marque du secteur.

  • En mettant en lumière un secteur particulier via des actions spécifiques (par ex. «Make it in Belgium », « beautomotive.be »).